Centre de Santé Communautaire à Pan-Makak

Centre de Santé Communautaire à Pan-Makak

1868
0
SHARE

DONNEES PLUS PARTICULIERES AU NIVEAU DES VILLAGES

BENEFICIAIRES DU PROJET.

10 villages concentriques de Pan Makak sont visés par ce projet qui, sera implanté à Pan Makak. La population totale de ces villages bénéficiaires est estimée à 6 500 habitants.

La pyramide des âges de cette population a une forme similaire à celle de la population de Pan Makak, car ayant les mêmes caractéristiques démographiques. Ces villages se situent dans un rayon maximal de 7 km par rapport au centre qui est Pan Makak, soit une aire de santé de 153 km2 pour une densité de 44 habitants au km2. Une seule ethnie existe dans ces villages, c’est l’ethnie Bassa scindée en 5 clans qui sont : les Pan, les Man Gond, les Ndog Ngond, les Ndock Béa et les Ndock Soul. Les différents clans sont fraternels. Tous viennent chaque dimanche à la messe paroissiale à Pan Makak. La seule différence entre clans, c’est qu’ils se marient alors que le mariage inter-clanique est impossible.

RESSOURCES EXISTANTES DANS L’ARRONDISSEMENT ET LE DEPARTEMENT

Le Département du Nyong et Kelle compte 7 Arrondissements (Eseka, Makak, Bot­makak, Ngog-Mapubi, Messondo, Dibang Et Matomb).

Chaque centre d’arrondissement est doté d’un Lycée d’enseignement général, d’une section artisanale rurale, rarement fonctionnelle. Le collège d’enseignement technique existe seulement au chef-lieu du Département. Dans chaque village, on trouve une école primaire rudimentaire la plupart du temps.

Chaque centre d’arrondissement est doté d’un centre médical d’arrondissement dépendant des districts de santé, dont celui de Ngog-Mapubi qui n’existe que sur papier, et dont dépend Bot- Makak, et celui d’Eséka, ancien hôpital départemental situé à une soixantaine de kilomètres de Pan Makak.

L’énergie électrique est disponible au niveau de chaque centre d’arrondissement. Par contre, l’eau courante n’est présente qu’à Eséka et Makak. Bot Makak et la plupart de ces villages, dont Pan Makak s’approvisionnent en eau dans les rivières et les sources non aménagées, véritables réservoirs des maladies digestives. En plus, il n’y a pas d’électricité dans la grande majorité des villages de Bot-Makak.

Continuer à la page 8….