SHARE

Le FMI a publié mi-avril les perspectives économiques pour l’Afrique. Le scénario indique un maintien de la dynamique économique entamée par l’Afrique subsaharienne depuis la dernière décennie avec des risques inhérents à l’environnement socio-politique et à la dynamique économique mondiale. Réunis à Maputo les 29 et 30 mai, les ministres africains en charge de l’économie et des finances et les gouverneurs de banques centrales ont saisi l’occasion d’échanger sur la dynamique plutôt impressionnante de certaines économies africaines et des défis qui demeurent à relever pour les pays du continent afin d’assurer leur développement. Ils estiment qu’il faudrait assurer une transformation structurelle et une diversification des économies africaines en s’appuyant sur la jeunesse de sa population afin de créer une fenêtre d’opportunités pour accélérer le processus de développement du continent.

De nombreux pays africains ont enregistré ces dernières années des performances économiques impressionnantes, démontrant l’efficacité des politiques économiques adéquates mis en œuvre dans ces pays et prouvant le rôle des institutions, de l’aide au développement et l’importance de l’investissement dans la technologie et le capital humain. Cependant, ce gain de croissance ne contribue pas systématiquement à réduire les inégalités et la pauvreté dans la plupart de ces pays. Une étude de L’Afrique des Idées portant sur le sujet, qui fera l’objet d’une conférence au courant de ce mois, apporte des éléments de réponse sur la question. Cette question appelle à déterminer des mécanismes pour rendre la croissance profitable à tous – qu’elle soit un facteur de réduction de pauvreté et d’inégalités, générateur d’emplois pour la jeunesse africaine. Un article précédent présentait la vision de nos dirigeants sur les mécanismes pouvant rendre cette performance au service du développement de l’Afrique. La question qui subsiste au-delà de tous ces discours de politique économique est celui du financement de ces stratégies, tout ne perdant pas du regard les différentes crises qui secouent le continent.

Résoudre les conflits

Des exemples  sur le continent (Rwanda, Côte d’Ivoire, Ouganda, …) ont démontré que la stabilité politique, sans être le seul facteur, est garant du bon fonctionnement de l’activité économique. Les ministres ont dès lors insisté sur le fait de résorber les conflits existants sur le continent et d’instaurer un climat de paix. La situation au Mali, la crise nigériane avec la menace « Bokho Haram », la situation de la Centrafrique et du Soudan du sud ; les futures élections dans les pays d’Afrique de l’ouest et les tensions au Maghreb sont autant d’exemples qui prouvent encore une fois la fragilité de l’environnement politique en Afrique. Si des pistes solides n’existent pas pour résoudre les conflits actuels sur le continent, il est toutefois possible d’éviter l’éclosion de nouveaux troubles sur le continent. Les ministres estiment à cet effet qu’il faudrait instaurer dans les différents pays des institutions fortes capables de renforcer les acquis en termes de stabilité politique, accompagnés de politiques sociales.

Financer le développement

Un article de Georges traitait de cette question et a identifié plusieurs mécanismes, notamment la fiscalité comme un moyen de financer le développement du continent. Les ministres sont de cet avis et souhaiteraient renforcer les mécanismes permettant la mobilisation de ressources domestiques. Ceci s’appuierait sur un renforcement de capacités en matières de fiscalité mais aussi de gestion budgétaire afin d’assurer une disponibilité de fonds pour assurer l’investissement public.

Une place particulière devra aussi être accordée au secteur privé, notamment en ce qui concerne le financement des infrastructures, à travers les partenariats public-privés. Nombreux sont les pays africains qui ont déjà initiés des rencontres avec le secteur privé pour le mobiliser autour de leur programme de développement et les opportunités, sans réel succès. On pourra toujours s’interroger sur la nécessité de telle rencontre et la disponibilité du secteur privé à accompagner l’Afrique. Le Nepad va, dans la même optique, se rapprocher du secteur privé sur des projets à caractère régional dans les prochains jours à Dakar. Ce sera l’occasion de statuer sur la position du secteur privé (africain et internationale) vis-à-vis des besoins des pays africains. Une chose est certaine c’est qu’il est un partenaire sur lequel l’Afrique doit compter si elle veut résoudre les problèmes d’infrastructures.

L’outil de la dette est perçu aujourd’hui comme un facteur obérant le développement de l’Afrique. Certes les pays africains ne pourront s’en passer mais ils devraient être prudents quant à son utilisation tout en recherchant concomitamment des sources alternatives de financement. Les ministres africains réunis à Maputo, le reconnaissent et ont introduit auprès du FMI un plaidoyer pour un assouplissement des conditions de financement et à la mise à disposition de ressources financières plus adaptés aux besoins des pays africains tout en participant de façon active au renforcement des capacités des pays en matière de gestion de la dette.

Selon les données disponibles, l’Afrique serait en train de rattraper sa décennie perdue en termes de croissance. La généralisation de ce rattrapage à tout le tissu socio-économique du continent reste encore discutable. Les indicateurs socio-économiques présentent plutôt une Afrique encore à la traine. La situation est cependant asse hétéroclite ente les pays. Si l’Afrique s’affiche de moins en moins comme un continent en marge du monde et victime des autres, elle ne pourrait pas non plus s’identifier systématiquement comme un géant économique du monde. Les défis sont encore grands et les moyens pour les contenir semblent assez flous. Les autorités économiques africaines sont donc appelées à jouer un rôle crucial dans ce processus en identifiant les meilleures pratiques pour permettre au continent de se développer.

Foly Ananou