SHARE

Jusqu’en 2012, la protection sociale en Afrique a été très faible ; quoiqu’elle se soit légèrement améliorée au cours des deux dernières années. En effet, la sécurité sociale est principalement réservée aux travailleurs du secteur formel (public ou privé) et l’assistance sociale est très peu développée. Par exemple, l’assurance chômage est disponible uniquement dans six paysdont l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Ile Maurice, le Nigéria et la Tunisie. L’assurance maladie est rendue universelle dans certains pays comme la Côte d’Ivoire et le Bénin, récemment. Quant à la pension retraite, elle est disponible dans tous les pays et dépend en général du salaire de l’allocataire. Toutefois, son taux de couverture est très faible dans la mesure où elle couvre seulement 8,8% de la population active d’Afrique sub-saharienne en 2010.

Compte tenu de la faiblesse du revenu des ménages, les programmes de sécurité sociale ne peuvent pas être financés surtout lorsqu’ils nécessitent une couverture universelle. Dès lors, les programmes d’assistance sociale destinée en majorité aux personnes âgées et aux orphelins sont les plus répandus. Ces programmes remplacent l’assurance maladie ou la pension retraite pour les plus pauvres. C’est le cas notamment du « National Health Insurance Scheme » du Ghana qui couvre 67% de la population et de la « Old Age Pension » du Lesotho, etc. Alors que l’admission à ces programmes n’est pas soumise à des critères de participation à d’autres programmes, il existe de plus en plus de programmes d’assistance sociale connus sous le nom de « Conditional Cash Transfer » (CCT) qui sont mis en œuvre sur le continent. En contrepartie de la protection sociale, le CCT assure la promotion des dimensions sociales du développement en exigeant la scolarisation des enfants des ménages bénéficiaires de même que leur participation à certains programmes de santé. 

Des défis liés à la conception et au financement des politiques sociales en Afrique

Contrairement aux politiques de protection sociale, les politiques d’accès à l’éducation et à la santé ne posent pas de problèmes particuliers de conception. Des exemples de politiques mises en œuvre avec succès et évaluées par le JPal et le IPA sont disponibles et peuvent servir de base à de nouveaux programmes.

S’agissant de la sécurité sociale, la prépondérance de l’économie informelle constitue l’un des freins à son extension à toute la population. En effet, les modalités de sa mise en œuvre dépendent du potentiel de couverture et de la possibilité d’observer les différents types de personnes et leurs comportements. Etant donné le potentiel de couverture, s’il était possible d’identifier les personnes susceptibles d’être au chômage, d’être malades ou de vivre plus longtemps, alors la souscription aux différentes composantes de la sécurité sociale pourrait être laissée à l’initiative de chaque individu. En général, ces conditions ne sont pas vérifiées et requièrent l’universalité des programmes avec une intervention de l’Etat. Plus particulièrement dans le contexte Africain, le potentiel de couverture est très faible compte tenu de la prépondérance de l’économie informelle avec des revenus faibles et instables.

Quant à la conception des programmes d’assistance sociale, le principal défi est celui de la disponibilité d’un système d’information nationale fiable. En effet, leur mise en œuvre nécessite d’identifier et de dénombrer les potentiels bénéficiaires. En l’absence d’un système d’information fiable, les transferts de revenu sont susceptibles d’être moins ciblés à cause de la corruption et des ciblages à connotation politique. Toutefois ce problème se pose avec moins d’acuité pour les programmes d’assistance aux personnes âgées et aux orphelins. Par ailleurs, du fait de l’absence d’une contribution de la part des bénéficiaires, ces programmes sont devenus davantage conditionnels.

En ce qui concerne la soutenabilité du financement des politiques sociales, elle dépend de l’efficacité des politiques mises en œuvre. Si la construction des infrastructures, la gratuité de l’école ou de certains soins de santé, le transfert de fonds à des ménages pauvres permettent de relever la productivité des travailleurs, alors la mise en œuvre des politiques sociales ne dépendra pas du niveau de vie actuelle d’un pays. Dans le cas des pays Africains qui sont en majorité pauvres, le financement de ces politiques ne peut se faire que par le biais de la dette à long terme. Or, la soutenabilité de cette dette dépend évidemment de l’efficacité des politiques mises en œuvre. Il en résulte que l’évaluation des politiques sociales est une composante indispensable de la conception des politiques sociales.

Des suggestions de politiques sociales à envisager

Au regard de l’état des politiques sociales en Afrique et de leurs contraintes, il n’est pas évident de proposer une solution qui conviendrait à tous les pays. Toutefois, pour rendre les suggestions de politiques sociales plus spécifiques, l’ensemble des pays Africains a été divisé en trois groupes selon l’efficacité actuelle de leurs politiques sociales. L’appréciation de l’efficacité des politiques sociales s’est faite sur la base des moyens employés et des résultats obtenus. En termes de moyens, ce sont les parts du revenu national dédiées aux dépenses de santé et d’éducation qui ont été prises en compte. Quant aux résultats obtenus, ils regroupent le taux brut de scolarisation au primaire et au secondaire, l’espérance de vie à la naissance, la part des personnes de plus de 65 ans couvertes par la sécurité sociale et le revenu brut par habitant. Ces informations proviennent des bases de données de la Banque Mondiale et de l’Organisation Mondiale pour la Santé et de l’Administration de la Sécurité Sociale des Etats-Unis. Les moyens ont été mesurés en 2009 alors que les résultats correspondent à au mesures faites en 2010 et 2011.

Classification des pays selon l’efficacité de leur politique sociale

Source : Mes propres calculs à partir des variables décrites ci-dessous.

Sur l’axe horizontal, les pays qui sont plus à droite ont obtenus les meilleurs résultats ; contrairement à ceux qui sont à gauche. Sur l’axe vertical, les pays qui sont plus en bas emploient des moyens plus élevés que la moyenne; par opposition à ceux qui sont plus en haut.

Il ressort de ce graphique qu’on peut distinguer trois groupes de pays. D’abord, ceux qui ont obtenus des résultats significatifs avec de faibles moyens ; c’est le cas de l’Algérie, de la Tunisie et des Seychelles entre autres. Par rapport au pays moyen en Afrique, ces pays ont des politiques sociales satisfaisantes quoique des progrès restent à réaliser sur l’assurance chômage et la qualité de l’éducation.

Ensuite, on distingue un deuxième groupe de pays dans lesquels des efforts sont consentis sur le financement des politiques sociales ; mais les résultats restent limités. C’est le cas notamment de l’Afrique du Sud, du Sénégal et du Kenya entre autres. Ainsi, il faudra identifier pour ces pays les raisons de ce décalage entre les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus.

Enfin, le dernier groupe est constitué des pays où les moyens sont faibles et les résultats limités. C’est le cas du Bénin, de l’Angola et de Madagascar entre autres. On constate également que l’économie informelle est plus importante dans les pays de ce dernier groupe. La promotion de l’emploi formel et des structures de micro-assurance maladie peut être adaptée à ces pays en attendant une diminution significative du secteur informel avant de lancer des programmes de sécurité sociale. Autrement, l’extension de la sécurité sociale aux travailleurs de l’économie informelle n’encourage pas le passage à l’économie formelle.